03 Décembre 2015

Salon de la moto à Paris

Histoire drôle : on est à Paris au salon de la moto dans des halls immenses où sont judicieusement éparpillés des stands. Moi, je venais pour me gaver de belles Italiennes ou de nouveautés toutes marques confondues et bien ! Je suis très déçu !!! Heureusement que nous avions prévus ………….. ?

Ah ! C’est vrai, je devrais peut-être commencer par le début.

Zone de regroupement dans le hall de la gare de Limoges de bonne heure et de bonne humeur, le  jeudi 3 décembre.

l’équipe était composée de 13 membres du Club; Alexis, Christophe, Jean-Pierre, Gérard, Mathieu, Gégé, Serge, William, Marie, Jocelyne, Angélina, Lydie et Bruno.

 

Nous étions tous équipés de sac de taille moyenne, environ 4 à 6 litres (pour cause de plan Vigipirate) certains réfrigérés, d’autres cubitainers. C’est la troisième édition, notre président a acquis une certaine expérience pour répartir les vivres solides et les charges liquéfiées.

La descente sur le quai se passe dans un désordre totale, 50 m de parcourus et nous avons déjà perdu la plus petite du groupe. Une fois « Joyce » récupérée, nous nous sommes regroupés sur le quai parmi un nombre impressionnant de travailleurs matinaux, qui espéraient finir leur nuit sur les 3h30 du trajet.

GRAVE ERREUR ! Nous leur proposons un début de matinée dynamique et conviviale.

Gégé, en bon fonctionnaire de la sne-fe, nous désigne les places de réservations avec tables, nécessité oblige ! (Petite info : le n° des sièges ne correspondaient pas au n° sur les billets de réservations) Pas d’inquiétude, Gégé gère !

15 minutes après le départ, début de l’opération « bouffe à volonté »  mise en place du matériel de protection : nappe sur les tables, sacs poubelles opérationnels, ouverture du breuvage pour la mise en température.

02010305

 

 

 

04

 

 

 

A la carte : apéro ! re-apéro ! Et re-re-apéro ! La communication est plus claire il est temps de passer au solide, jambon cuit et cru, pâté, rillettes, saucisson sec et à l’ail, fromages etc… Et pour faire couler,  du blanc, du bon, même très bon ! Suivi du rouge encore meilleur ! Gâteaux faits maison et un pousse tout-ça raide au début et explosif sur la fin.

3 heures plus tard, tout est remis en place, c’est l’arrivée à Paris.

La descente sur le quai fut chaotique, un petit kilo dans l’estomac et quelques grammes dans nos veines nous ont permis de franchir tous les obstacles pour finir dans le métro. Bravo !

060708

 

 

 

 

Vers 10 heures, nous rentrons dans le salon où nous avons, au préalable, déposé en lieu sûr (consignes) nos sac à dos. Nous récupérons nos cadeaux de bienvenue et le groupe éclate. Chacun gère son parcours, un seul mot d’ordre, regroupement pour 12h30 à un endroit prédéfini pour le casse-croûte.

22 15 21 09 20 19 18 17 16 14 13 12 11 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois le casse-croûte terminé, deuxième round : rebalade dans les stands. Regroupement aux alentours de 18 heures. Retour dans le métro avec une grosse fatigue et mal aux pieds. Arrivés sur le quai avec une petite avance sur notre horaire, nous avons le temps de nous rafraichir avec une petite mousse.

L’heure du départ approche, nous prenons place dans une voiture. Bien entendu,  Gégé nous désigne les places dont la plupart (pour ne pas dire toutes) ne correspondaient pas à nos réservations.

Une fois installés, pas de perte de temps, nous sortons les nappes et tous les accessoires nécessaires pour réussir un bon casse-croûte de retour.

23 24 25 26

 

 

 

 

 

 

 

Certaines voyageuses à plusieurs reprises ont essayé de nous plomber l’ambiance. Voyant que les nuisances sonores montaient plus vite que le liquide descendait dans les bouteilles, elles ont déclaré forfait pour une destination quelques wagons plus loin.

Mais à notre grande surprise, d’autres usagers ont bien apprécié notre table. Une première demoiselle s’est approchée et a goûté un « digeo » fait maison. Nous lui avons proposé de se joindre à notre groupe pour festoyer.

27 28

 

 

 

 

Une seconde s’est jointe au groupe. Même châtiment.

29

 

 

 

 

Un jeune homme à craquer mais nous avions un doute, Est-ce le pâté ? La chopine ? Ou la belle brune ? Nous ne le saurons jamais ?

30

 

 

 

 

Par contre,  les deux qui suivent c’est la  CHOPINE !

31

 

 

 

Pendant ce temps, une charmante dame blonde a aussi commencé par un apéro/saucisson. Et de quatre ! Ça, c’est du boulot les gars !

32

 

 

 

 

Nous, nous sommes quittés aux alentours de 22h30 en gare de Limoges.

Merci à tous encore pour cette Put…………..! de bonne journée, comme d’ab!