05 Juin 2016

Château de Duras

(J’ai attendu des photos par mail mais elles ne sont jamais arrivées malgré quelques demandes…)

Cette fois c’est Baba qui a organisé la journée comprenant le trajet, la visite, le restaurant et le rafraîchissement du soir.

L’heure de rendez-vous était fixée à huit heures zéro zéro pour un départ à huit heures trois zéro .

Sur le parking sont stationnées 11 motos et 19 participants. Trois nouveaux sont venus se joindre au club pour la journée. Il y avait Fabrice et Laure qui circulaient sur un FJR et un Franck qui détenait une Dauville. Merci pour votre participation et bienvenue dans le club.

Avec Jean-Paul et Chantal en ouverture de cortège, nous avons sillonnés des départementales dans les départements du 87, 24 et 47. C’est en Dordogne que nous avons fait une pause à l’aire de repos.

Cette halte permit de sortir les thermos, les gâteaux, d’enlever quelques épaisseurs, faire gazouiller la fauvette et enfin deviser.

Réchauffés car les blousons d’été avaient été portés trop rapidement au petit matin, nous reprîmes notre chemin en direction du Lot et Garonne. Une visite du château de Duras était prévue pour midi.

Après quelques hésitations pour se garer, puisque quelques motards et motardes avaient déjà stationné sur les espaces exploitables, nous sommes rentrés dans le monument historique munis d’ un plan pour effectuer une visite en parfaite autonomie.

La visite terminée, nous nous sommes rhabillés pour rouler vers la commune Allemans du dropt.

Le repas fut pris à Hôtel-Restaurant Logis l’Etape Gasconne.

http://www.letapegasconne-hotel.com/

Deux tables étaient dressées pour accueillir les 19 visiteurs. La sœur de Chantal et son beau-frère ont partagé ce moment de détente avec nous.

Apéritif, puis pour ouvrir l’appétit, le potage du cultivateur, puis entrées composées d’un buffet de hors d’œuvres à volonté mélangeant salades, charcuterie et fruits de mer, plats (poissons, viandes), fromages desserts et cafés. Bien entendu, des vins rosés et rouge pouvaient être bus.

Repus en sortant du restaurant, une question se posait. Devions nous faire notre régime avant, pendant ou après le repas ?

Alors que quelques-uns s’apprêtaient à marcher un peu dans le village, d’autres appliquaient le dicton suivant « chasser le naturiste il revient au bungalow » à savoir ils se rhabillaient pour repartir sur leur moto.

La visite eu donc lieu en deux vagues. Le premier groupe arrivé à l’entrée du village fut rejoint par le second groupe.

A l’heure du goûter, cette fois nous reprenions la route pour Sarlande. La chaleur et la fatigue nous imposait une dernière pause avant l’arrivée définitive chez Jean-Paul et Chantal.