19 Juillet 2015

             Pans de Travassac

La carrière de Travassac fut la deuxième sortie du mois de Juillet 2015 pour le club mot’arédien 875.

8 motos et 13 motards et motardes se sont donnés rendez-vous le dimanche 19 pour un déplacement de Saint-Yrieix vers la Corrèze, aller et retour.

Étaient présents dans l’ordre de déplacement de la colonne de route:

Christophe
Gégé et Jocelyne
Emmanuel et Colette
Gérard
Jean Pierre et Solange
William et Hervé
Christian M
Alex et Pascale

Les routes secondaires étant le plus souvent privilégiées, le roadbook aller indiquait des passages obligés par Pierre Buffière, Saint Hilaire Bonneval, la Croisille sur Brillance ou encore Surdoux.

C’est après cette dernière commune que la pause café s’est effectuée.

 

.

.

.

.

.

.

 

 

Dégourdis et légèrement réchauffés, nous nous dirigeâmes (temps de conjugaison pas facile à placer mais bien employé n’est il pas ?) vers Donzenac pour se sustenter à la table du restaurant « Le Périgord ».

.

.

 

 

 

 

 

Dans cette maison à la cuisine traditionnelle avec des produits frais, quelques uns et unes ont pu goûter la spécialité de la maison: la tête de veau sauce gribiche. Pour les autres, un tartare de bœuf fut proposé.

La tablée fut augmentée par deux convives supplémentaires à savoir, Bruno et Lydie qui nous avaient rejoint en voiture. De plus, ils ont choisi de nous accompagner pour la visite  des pans de Travassac pour notre retour sur Saint-Yrieix.

 

Vers 14H30, nous avons commencé la visite des ardoisières. Elle s’est effectuée en deux temps. Dans le premier, il nous a été fourni des explications plutôt générales avec un déplacement entre les filons.

 

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Puis dans le second, un ardoisier nous a fait découvrir son métier.

 

.

.

 

 

 

 

 

Pour les absents, voici un petit résumé (inspiré d’un site internet)

La tradition ardoisière remonte au 16 siècle, c’était un jeudi  je crois, date à laquelle on commence à exploiter les gisements de Travassac et d’Allassac.

Mais, il faut se souvenir qu’à la fin du siècle nous comptabilisions les jours avec le calendrier Grégorien. C’est un calendrier solaire conçu à la fin du 16ème siècle qui fut mis en place pour corriger la dérive séculaire du calendrier Julien alors en usage. Mais, nous nous égarons.

Le vendredi, il y avait beaucoup de travail mais peu de rendement. En effet, il fallait apprendre à se connaitre, apprendre le métier, créer les outils… Le samedi c’était mieux et ainsi de suite.

Bon, pour ne pas ennuyer le lecteur, il faut retenir qu’au début du 20ème siècle les ardoisières sont à leur apogée et emploient plusieurs centaines d’ouvriers. La guerre de 39-45 provoque le début du déclin et en 1989 Jean Bugeat exploite seul une carrière à Travassac.

Le site de Travassac compte plusieurs filons dénommés, la Puyboën, ou la Charbonnelle.. Actuellement la Fayotte est le seul filon exploité.

L’ardoise de Travassac suit un long processus de fabrication. Nous pouvons retenir :

– l’opération de minage

– l’arrachage des blocs (partie mécanisée aujourd’hui grâce à la pelleteuse)

A partir de cette étape, les opérations de fabrication s’effectuent de la même manière qu’au siècle dernier et exigent beaucoup de savoir-faire. Entièrement manuels, les travaux utilisent des principes ancestraux de la fabrication de l’ardoise de Travassac.

– en décomposant, il y a l’opération  dite du «fendeur » qui consiste à partager avec l’aide d’un marteau les gros blocs obtenus en morceaux plus petits appelés «répartons».

– puis vint l’opération dite du «cliveur » qui consiste à transformer ces morceaux de schiste en feuilles d’ardoise.

– enfin le tailleur grâce à un outil nommé «taillant» donne une forme à l’ardoise longue ou ogivale et la perce pour pouvoir la fixer sur les toits.

.

.

 

 

 

 

 

Que serai-je une visite sans une halte à la buvette ! Nous y avons retrouvé Emmanuel, préférant ne pas affronter la sensation de mouvement de l’environnement ou plus couramment le vertige.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Vers 16h30, nous reprîmes la route pour traverser Donzenac, Vigeois, Lubersac ou Coussac Bonneval pour se rendre chez Serge et Marie, qui nous attendaient avec Véronique. Des petits fours et tapas avaient été préparés copieusement, accompagnés de boissons fraîches à volonté. J’en profite pour les remercier du travail et de la qualité de la réception.

Vers 19h00 toute la troupe s’éparpilla et chacun et chacune rentra avec ses souvenirs.

Mot’ Arédiennement

William