WE: du 20 au 21 Juin 2015

Week-end sur l’île d’Oléron

 

Samedi 20 juin 2015

Il était une fois Jean-Pierre, Christian M ,Serge, Christophe, Gérard, William, Alex , Christian C, huit gentilshommes accompagnés de sept dames aux doux prénoms de Solange, Jocelyne, Véro, Zaza , Pascale, Marie-Claude et Martine. Ils décidèrent de quitter le parking du casino en Haute-Vienne pour explorer un autre département, celui de la Charente-Maritime.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Et ils partirent gantés, casqués et habillés sur leurs montures de pure race anglaise, allemande ou japonaise.

Et comme l’envie de découverte était très communicative, un autre couple Christian et Martine intégra, sur le chemin, le convoi de l’aventure.

Chemin faisant, le petit groupe décida de s’arrêter à Saint Claud en Charente pour gargoter un petit café. La bonne ambiance était communicative et permit de fatrouiller* avec une villageoise.

Les rayons du soleil devenant de plus en plus chauds en restant assis, cela incita notre petit groupe à rependre sa route.

A Saint-Jean-d’Angely, cette troupe fit une pause pour nourrir une monture. Mortecouille*, une foule importante s’était agglutinée devant tous les pistolets de la soif SP 95 du père Leclerc.

Prestement, une décision fut prise. Quitter cet endroit au plus vite pour aller prendre une bonne pitance à l’hostellerie cafétéria de Rochefort et remplir l’estomac des deux montures japonaises.

Après avoir festoyer en une tablée digne d’un banquet, la compagnie reprit les routes pour arriver dégoulinant de sueur à leur destination. Les hôtes s’imprégnèrent des lieux dans lesquels ils allaient ripailler et dormir. Ils s’étaient donc installés  dans le village club et centre de vacances au lieu-dit La Martière sur l’île d’Oléron.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Ils furent accueillis par la seigneurie du domaine, Sylvie Bergeron, directrice.

Une surprise les attendait. Tout un bâtiment leur fut mis à disposition.

La cohorte grossit une dernière fois avec l’arrivée d’une dernière monture allemande chevauchée par Serge et Marie-Claude.

Plus tard dans l’après-midi, les pionniers de l’aventure se rendirent au port de la cotinière pour visiter et frotter le fessard* à la terrasse du bar de la Gaieté.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le taulier payé, le groupe retourna sur le domaine tenu par dame Bergeron pour enchaîner sur une visite de chai et embarquer avec lui Serge et Marie-Claude dans cette épopée. Seul Christian décida de profiter de l’eau bleue chlorée.

En début de soirée donc, ils visitèrent les Chais de la Grand’côte.

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

.

 

 

 

 

 

 

C’est un domaine qui s’étend sur 26 ha.
Encépagé d’abord d’ugni blanc, destiné à la distillation d’eaux de vie pour l’élaboration du Cognac , il s’est peu à peu enrichi de cépages tels que le Colombard, pour les blancs, les Merlot, Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc pour les rouges (Vins de Pays et Pineau des Charentes).

La première cuvée de Pineau des Charentes fût mise en bouteille en 2002. Depuis, Sophie et Olivier Nadeau  produisent, élèvent et mettent en bouteille tous les Pineau des Charentes, Cognac, liqueurs et Vins de pays charentais de l’île d’Oléron.

La visite se clôtura par une dégustation de pineau blanc, rouge ou rosé et de cognac.

Le soleil se coucha doucement et nos adhérents mot’arédiens se retrouvèrent une nouvelle fois sur le domaine de La Martière pour le verre de l’amitié au bar.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Puis, vint l’heure du repas. Le plateau de l’armoire froide offrit à nos convives des fruits de mer avec des huîtres, des crevettes, des coquillages, agrémentés de cochonailles pour celui ou celle qui n’aurait pas aimé le goût iodé,

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le fromage n’était pas oublié ni la touche finale d’un repas gargantuesque à savoir la part de gâteau au chocolat. Quelques vins gouleyants blancs et rouges accompagnaient ces mets. Et tout ceci se faisait sous les yeux attentifs de Bérengère et de Gaële salariées à l’ODCV pour nous assister.

Le ventre repu, un dernier verre fut pris au bar avant de s’allonger pour certains et pour d’autres de jouer au ping pong ou au palet ou encore à des jeux en bois.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Vers minuit, le centre de vacances reprit sa quiétude pour laisser ses occupants s’endormir.

 

Dimanche 21 juin 2015

Après le petit déjeuner, les motos furent remises en route pour une visite du phare de Chassiron.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Le phare est une tour cylindrique haute de 46 mètres, à l’origine peinte en blanc. Or, par temps gris et du large, on ne la distinguait que difficilement du phare des Baleines de l’île de Ré, ce qui causa quelques accidents. Il fut alors décidé en 1926 de peindre trois bandes noires horizontales sur le phare, ce qui lui a donné l’aspect que l’on connaît encore aujourd’hui. La portée lumineuse du phare atteint les 52 km.

Depuis 1998, ce phare n’est plus habité.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

La visite terminée, le retour vers le domaine se fit pour partie en longeant la côte. Ce dernier retour permit aux voyageurs de prendre leurs pique-niques, leurs baluchons de voyage et de se diriger vers la Haute-Vienne.

.

.

 

 

 

 

 

Le repas du dimanche fut consommé à Hiers-Brouage.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVI° siècle, le seigneur de la châtellenie de Hiers décide la construction d’un nouveau port pour le commerce du sel. C’est la création de Brouage, qui sera bientôt fortifiée.

Aujourd’hui, la mer s’est retirée, mais Brouage a réussi sa reconversion. Avec son rempart de plus de deux kilomètres de long, son port ostréicole, ses boutiques de créateurs et d’artisans d’art et ses nombreux édifices chargés d’histoire transformés en lieux d’expositions, elle reste une destination de promenade.

Après un café consommé à la terrasse d’un bar, puis la visite sur les remparts les mot’ arédiens reprirent la route en passant par Saintes, Cognac et Gond Pontouvre.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

Dans cette commune, Christian et Martine quittèrent leurs compagnons pour rejoindre leur hameau plus rapidement. Les autres ont continué leur route pour se désaltérer sur la commune de La Rochefoucauld.

Leur voyage prit fin dimanche soir aux alentours de 19 heures.

Mot’ Arédiennement

William